top of page

Faut-il être mère pour être pleinement épanouie ?

J’ai 39 ans je ne suis pas marié, je n’ai pas d’enfants et je n’ai pas envie d’en avoir…



Jusqu’à l’âge de mes 35 ans c’était impensable que je n’aie pas d’enfants, c’était logique, programmée, c’était mon destin, j’étais né pour être mère.


Sauf que les années passants, et étant beaucoup plus apte à écouter mes véritables envies et besoins, je me suis rendue compte que mon envie d’enfants qui est très fluctuant, ne me viens que quand je vois les enfants d’une amie, de mon frère, dans la rue, je m’imagine la combinaison entre la tête de mon copain et moi, je me dis que je veux le même et puis je rentre chez moi, je m’allonge sur le canapé et je n’en veux plus.

Suis-je imbu de moi-même, suis-je possessive au point que je ne puisse pas partager mon Homme avec qui que ce soit ?

C’est possible, en tous les cas ce besoin ne m’est pas vital, ce n’est une question de vie ou de mort, et je suis tellement heureuse sans, que l’envie n’est plus oppressante.



Je n’aurai pas d’enfants, oui moi qui adore materner mon entourage, moi qui rêvais d’avoir un Mini moi qui me suivrait partout et qui serait habillé pareil.

Et je me dis que « Je voulais un enfant pour montrer à tout le monde que je suis pareil, que je ne suis pas anormal, ou en ai-je réellement envie ? »


Sincèrement quand mes copines me parlent de leurs enfants et que je vois à quel point les gens mettent tout leur esprit sur leur progéniture ne me fais pas envie du tout. Je n’ai pas envie de mettre au monde quelqu’un dans le seul but de donner un sens à ma vie. Ou qu’il puisse combler l’amour que je n’ai pas reçu.

Dieu merci j’ai réussi à refermer cette plaie béante. Je ne critique pas les gens qui font des enfants et qui consacrent toute leur vie à les élever, je trouve cela magnifique, sauf que ce n’est pas moi.

J’ai envie d’être libre, d’être égoïste peut-être, ou de ne pas avoir la sensation de sacrifier quelque chose.

Donc pour le moment ce n’est absolument pas au programme. En effet, dès que je pense à la maternité, j’ai une angoisse qui m’envahit, cela ne m’emplit pas de joie, et fais ressortir mon côté anxieux. Et au fond de moi je me dis qu’à partir du moment où j’aurais cet enfant, ma vie sera une angoisse perpétuelle, je me ferais du mouron pour le moindre aspect de sa vie, vivant dans la culpabilité de projeter mes travers sur lui, mes ratés, mes déceptions.

Alors oui, je pense trop, j’analyse trop, je m’en fais trop.

Je le sais mais pour l’instant ce sentiment m’obsède. On n’est vraiment jamais prêt à avoir un enfant, il n’y a jamais de bon moment.

Mais encore faut-il en vouloir !!! Et ce n‘est pas le cas, j’ai déjà du mal à avoir envie d’un chien car il faut s’en occuper (mdr).


Je sais que c’est horrible de le dire, mais c’est le cas et je n’ai plus HONTE de le dire. Et je me fous que l’on me juge et que l’on puisse me dire tu vas le regretter, l’horloge tourne et si après tu changes d’avis et que finalement tu ne puisses plus en faire ?!!!!


C’EST MON CHOIX ET JE L’ASSUME


Mon compagnon et moi-même sommes en phase là-dessus, heureux et épanouis et c’est tout ce qui m’importe.


Assume tes choix, ne te laisse pas polluer par les envies et besoins des autres qui pourraient t’influencer. Vis ta vie selon tes choix et tes besoins peut importe ce qu’il en coûte.


#Maï

61 vues0 commentaire