top of page

Ma mère ce héros

Je me souviens avoir entendu ma mère hurler sous les coups de mon beau-père

alors que j’étais enfermée dans les toilettes…


Je suis née à Dakar et c’est là-bas que ma mère a rencontré mon beau père alors qu’il y était en mission en tant qu’expert-comptable pour une grande compagnie étrangère. Ça n’a pas été le coup de foudre instantané pour ma mère mais pour mon beau père, oui. Il faut dire que ma mère était et restera toujours une belle femme. Après lui avoir fait une cour acharnée, ma mère a finalement cédé.

Ils sont sortis ensemble quelques temps à Dakar et une fois sa mission finie mon beau père a tout fait pour que ma mère le suive en France dans sa région natale le pays basque pour la marier ensuite. Il était si gentil, si prévenant et si généreux que ma mère l’a suivi sans moi dans un premier temps puis elle est revenue me chercher.

Je quittais donc mon pays, ma famille, ma langue à l’âge de 3 ans pour l’enfer.

Une fois qu’il avait tout pouvoir sur nous mon beau père est devenu un Tiran. Tantôt adorable il nous gâtait, nous sortait, nous faisait à manger et veillait sur nous. Tantôt un tortionnaire qui à la moindre contrariété nous hurlait dessus et battait ma mère si elle osait répondre. Ma mère ne pouvait rien faire sans son autorisation. En plus, comme elle ne connaissait rien ni personne à part la famille de mon beau père qui, en plus la détestait pensant qu’elle n’en voulait qu’à son argent car elle était beaucoup plus jeune que lui.

Ma mère l’a quand même épousé et a prié pour avoir un fils de lui. Ce qui arriva après 2 ans d’un mariage catastrophique.

Une fois enceinte les disputes et les coups devenaient insupportables. La seule dispute dont je me souviens a été la dernière et la plus effroyable.

Je ne me souviens d’une seule scène gravée dans ma mémoire à jamais « lorsque je l’entendais se faire frapper alors que mon beau père m’avait enfermé dans les toilettes car je hurlais trop ». Je me souviens être pétrifiée de peur me disant qu’il allait la tuer et que je ne pouvais rien faire car cette saleté de porte ne voulait pas s’ouvrir ! Tout ce qui vient après mon cerveau l’a consciencieusement effacé je pense pour mieux me protéger.

Ma mère m’a raconté avoir pris quelques affaires à nous et être partie de la maison la tête en sang, des poignées de cheveux arrachées alors que mon beau père la menaçait de son fusil.

Nous nous sommes alors retrouvées toutes les deux, seules dans ce pays que nous ne connaissions pas. Ma mère a donc appelé une amie à elle qui se trouvait en Bretagne qui lui proposa de nous héberger quelques temps.

Nous sommes donc arrivées à la gare d’Anglet avec 10 euros environ en poche et quelques affaires prises à la hâte. Ma mère m’a ensuite avoué que si je n’avais pas été là elle se serait jetée sous le train avec mon frère dans son ventre…

Nous sommes donc arrivées à Lannion ma mère son gros ventre de femme enceinte de 6 mois et moi âgée de 5 ans pour habiter chez une amie qui elle aussi était en galère. Ma mère m’a raconté par la suite que son amie dépensait tout l’argent du foyer en début de mois et que son mari se réfugiait chez sa mère car il n’y avait plus rien à manger. Nous nous retrouvions toutes les trois à manger des patates et de la salade tous les jours. Cette situation ne pouvait plus continuer vu son état.

Ma mère a fini par accoucher et étant donné qu’elle a mis 2 jours pour accoucher de mon frère je fus placée dans une famille d’accueil le temps qu’elle se rétablisse. Je me souviens encore des cris horribles qu’elle poussait lors que j’étais consignée dans la salle d’attente.

Entre temps elle avait réussi à nous trouver quelque part où dormir, enfin ! C’était une chambre d’étudiant qui ne faisait que 10m sur 10m avec un lit et une table. Nous y sommes restés quelques mois, elle, mon petit frère à peine né et moi dormant dans le même lit.

Heureusement après avoir reçu ses allocations familiales et une grande aide de l’assistante sociale nous avons eu notre premier appartement dans un HLM propre et calme avec 2 chambres. Même si au début ça a été très dur, mais ma mère a réussi à nous élever, mon frère et moi d’une façon admirable.

Elle a même réussi l’exploit de devenir chef d’entreprise dans la région parisienne où nous vivons actuellement depuis maintenant 17 ans.

Ma mère est la femme la plus forte et la plus indépendante que je connaisse, toutes les difficultés qu’elle a surmontées sont pour moi inimaginable pourtant elle a toujours été là, près de moi et a réussi à relever tous les défis que la vie a mis sur son chemin. J’éprouve une énorme admiration pour elle et j’essaye tous les jours d’avoir sa force de caractère.

Je dédie cet article à toutes les mères célibataires et les femmes battues… rien n’est insurmontable et je remercie tous les jours le ciel d’avoir donné toute cette force à ma mère qui sera toujours mon Héros.

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout